Pages

dimanche 28 août 2011

Passion Radio.

Francis Zégut bonjour,

Voilà à peu près dix ans que je veux vous adresser ce courriel. A l'époque, je venais de commencer un job d'enquêtrice à la Sofres, et c'est un soir, en tournant machinalement le bouton de la radio, que je vous ai découvert sur RTL2 (je dois confesser que je ne vous connaissais pas auparavant...).

Dès lors, chaque soir, le métro jusqu'à la Porte de Vanves, puis les Maréchaux en PC1 devinrent un peu longs, et sitôt rentrée, je me précipitais sur mon poste de radio réglé sur la bonne fréquence.

Alors pourquoi un courriel en ce 27 août 2011 ? Parce que le 9 août dernier, perchée sur une chaise haute face au diffuseur de France Culture tandis que je réalisais le direct de 18h15, je n'ai pas pu m'empêcher de partager avec le technicien ma surprise, mon enthousiasme et ma joie en découvrant le mot "ZEGUT" dans la liste des émissions à diffuser dans la soirée. Vous étiez donc passé par la Maison Ronde le temps d'un PAD avec Thomas Baumgartner ! Déçue de ne pas l'avoir su plu tôt, déçue de ne pas vous avoir croisé. Mais tentative de consolation en écoutant la diffusion du soir - prise malheureusement en cours de route... C'est pourquoi j'ai attendu patiemment d'arriver en vacances, afin de savourer cette émission du 9 août... Comme un livre dont on sait d'avance qu'il nous plaira - on fait totale confiance à son auteur pour cela - et dont on aura du mal à lever les yeux pour surveiller les noms des stations de métro.

J'ai enfin écouté l'émission dans son intégralité. Je savais pourtant qui j'allais entendre mais il suffit que Thomas Baumgartner prononce votre nom en début d'émission pour que le sourire se dessine : ça y est, on y est, l'émission commence (en différé, certes...), c'est la gourmandise de moments de radio particuliers qui produit son petit effet. Et puis l'émotion, ensuite, d'entendre désigner là aussi la radio comme un "refuge", le "lien vers l'extérieur", la radio qui a aidé. Des choses qui parlent, au moment même où le lieu où je me trouve semble propice à écrire sur une époque qui a justement révélé le secours de la radio. Que n'ai-je pas connu vos émissions du temps de mes plus jeunes années ?! :-)

Étonnamment, à la fin du mois de juillet, tandis que je reprenais des horaires de jours et que je goûtais au plaisir de vous retrouver enfin en direct chaque soir, j'avais songé vous écrire (encore une fois !) : pour vous demander quel bel instru pêchu pourrait me servir à fabriquer un générique pour l'émission que je réaliserai à mon retour de vacances. Et puis bien évidemment, je n'ai pas osé.

Ce long message pour vous dire, de façon assez commune hélas, combien j'aime ce rendez-vous radio, qu'il m'a accompagnée en des circonstances diverses, comme tout-un-chacun. Et aussi qu'en puisant durant les derniers mois dans les artistes découverts grâce à vous au fil des années, j'ai pu faire la joie de quelques auditeurs de France Culture entre six et sept heures depuis le mois de mars (mes débuts en matière de programmation musicale...).

L'autre soir, j'ai dîné avec une personne à laquelle je disais une fois de plus que j'aimais tel ou tel titre diffusé, tout en augmentant le niveau d'écoute de la radio. Et puis cette personne m'a dit vous connaître, de loin, m'incitant en tout cas à suivre ma vieille idée, celle de vous écrire.

Dernière pirouette : en juillet, j'ai programmé un titre de WilliamFitzsimmons (l'un de ses rares morceaux dont nous disposons dans la discothèque numérique de la Maison Ronde). Je venais tout juste d'apprendre son existence. Deux ou trois jours plus tard, j'écoutais chez vous un titre qui me ravissait, me demandant encore quel était donc cet artiste incroyable : quelques clics plus tard, je lisais : "Please don't go", de WilliamFitzsimmons... Et voilà encore un instant de radio précieux pour moi, celui où deux temps de découverte musicale se rejoignent ; c'est aussi à de pareils petits moments que la radio exerce sa magie.

Bien radiophoniquement,

N°5

Night Station by Zegut, prog dimanche 28 août 2011.

22 h 00

The Verve : Lucky Man

Death Cab For Cutie : Brothers On A Hotel Bed

Ben E. King : Stand By Me

Laura Jansen : Use Somebody

The Rolling Stones : Melody

……………………………..

U2 : The Hands That Build America

John Martyn : Glory Box

Other Lives : Tamer Animals

Genesis : Entangled

……………………………………

Fleetwood Mac : Landslide

Angus & Julia Stone : Yellow Brick Road


23 h 00

Alanis Morissette unplugged : That I Would Be Good

Bjork : Joga

Etta James : At Last

Duffy : Warwick Avenue

Archive : The Way You Love Me

……………………………………..

ZZ Top : Blue Jean Blues

Drive-By Truckers : Go-Go Boots

Beirut : Nantes

Elvis Presley : Blue Moon

Eric Clapton : Pilgrim version longue

…………………………………..

Gorillaz : Hong Kong

Arcade Fire : Suburban War

Rock en Seine, dernier jour et bilan général.


Quelles sont vos critiques du jour ? Quels sont les groupes que avez aimés, ceux que vous avez découverts ? Comment avez vous trouvé l'organisation ? Quel est le bilan de cette édition 2011 ?

Ce post est le vôtre ;o)

Z

...................................

Bonjour Francis,

Dernier jour du Rock en Seine, une affiche toujours aussi peu passionnante malgré les 20 groupes du jour. Ça ne nous a pas empêché d'enchainer les concerts à ROCKERPARIS.
Cat's Eyes : Psyche 60's, bien mais pas en festival, à voir en club
Concrete Knives : electro pop sympathique.
The La's : Grosse déception, avec juste le guitariste-chanteur et un pov' bassiste et puis c'est tout (?!).
Miles Kane: Le concert du festival: excellent.
Nneka: du reggae de supermarché à la Ayo
Anna Calvi: parfait comme d'hab.
Deftones: Excellent mais pas aussi puissant que dans mes souvenirs sauf les 2 derniers titres.
Archive: mouais, bof !
Lykke Li: Electro-pop assez surprenante.Une chanteuse sexy qui fait le show.

Un lieu toujours aussi sympa, toujours autant de jolies filles et malgré la programmation décevante , plus de 60 groupes sans réelles grosses pointures (exception faite des Foo Fighters et Arctic monkeys) on a passé 3 bonnes journées.

A+
L'Angelo

...................................

Cat's Eyes: Son pas très bon, groupe peu adapté aux festivals, ça reste magique par moments (quand on arrive à faire abstraction du public bavard).

Cherri Bomb: Musicalement ça pourrait passer quoique manque flagrant d'originalité. Mais la voix de la chanteuse est à la limite de l'insupportable. On va dire que c'est de leur âge...

The Horrors: énorme! Seul petit regret, manquaient à la setlist 2 ou 3 titres du 1er album, certes moins bon, mais plus énergique et adapté à la scène. Mais ça reste un des grands moments du weekend.

Mimipunkchou

.....................................


Déçu par Archive et l'utilisation de l'orchestre (que l'on entendait à peine), la palme de ce troisieme jour revient pour moi à My Chemical Romance qui ont réussi à mettre le feu malgré leur état de fatigue avancée (le groupe venait d’être la tete d'affiche du Reading/Leeds festival). Dans l'ensemble un dimanche plus terne que les deux autres jours, et beaucoup moins rempli.

The32OfDecember

....................................


Bon j’ai été grognon le premier jour par rapport à la quatrième scène (trop de clashes de programmation et à perpéte), mais globalement encore une belle édition qui s’est terminé en beauté avec Archive version orchestre symphonique Je les avait déjà vu au Grand Rex, mais la , en plein air, la nuit, çà jette à fond.
D’ailleurs, ce dimanche m’a plu, avec un bon équilibre de groupes pop/rock/punk bien sympas et énergiques (Simple Plan, My Chemical Romance), confirmation de la grande classe (Anna clavi) et d’un grand groupe (Deftones).
Seul bémol : The Las qui a bercé ma jeunesse. Quelle déception ! Comment peut-on piétiner ainsi de si belles chansons (exemple : « There she goes », j’en aurais pleuré tellement ils l’ont rendu insignifiante et maigrelette ! Pas glop). Et merci au temps pour cette dernière journée.

J’en profite pour redire un petit mot sur samedi : coup de cœur pour Black Box Revelation, The Streets et The Jim Jones Revue. Plutôt pas fasciné par Artic Monkeys : bon son mais pourquoi une telle attitude, genre « je me la péte grave et donc zéro charisme » ?

Allez see you en 2012, pour les dix ans ! On veut Bowie, les Strokes et Daft Punk !!!

Cheers Philippe.

................................

François and the Atlas Mountains: dur dur de jouer à 15h le dimanche sur la "petite" scène. Sympathique, sans plus.

Lilly Wood and the Prick:
même set qu'aux Francos, pas de surprises, ni en bien ni en mal.

Concrete Knives:
Toujours aussi bon, même si on sentait qu'ils voulaient interagir avec le public davantage que ce que la disposition de la scène permettait. Un vrai bon groupe.

The La's:
Trop culte pour moi. Orchestration minimaliste, attitude fermée (ou très concentrée, c'est selon) du binôme sur scène, chansons méconnaissables... There I went (away).

Cherry Bomb:
Pêchu, enthousiaste, mais pas très original.

Anna Calvi:
Incroyable ce qu'elle arrive à tirer de sa gratte! Voix lyrique à la Piaf (d'ailleurs, une reprise de la Môme a clôturé le set). Très bonne performance, même si on ne la sentait pas très à l'aise sans son rapport avec le public.

Deftones:
Première grande scène et... ah, le son est toujours aussi "fluctuant" depuis l'année dernière. Sinon, ils se sont donnés sans compter, mais rien à faire, j'accroche pas au nu metal.

Archive:
Bien rôdé, excellente set-liste. Ça aurait pu être grandiose si l'orchestre avait été plus audible (et puis il faut leur dire de laisser l'harmonica sur "Again"!).

Thomas

Smashing Pumpkins, 9 novembre, Paris Zenith.



Prévente le 31/08 dès 10h sur GDP.FR

Onze septembre, n°1 Samuel Barber "Adagio for Strings".

WNYC, la radio publique de New York, a demandé à ses auditeurs de choisir quelle chanson ils aimeraient entendre pour célébrer le 10ième anniversaire des attaques du 11 septembre.
Parmi le top 10, on retrouve Frank Sinatra, Alicia Keys ou Bruce Springsteen. Le responsable de la station, Chris Bannon, a déclaré : "Le 11 septembre est un évènement très marquant, nous savions que nos auditeurs répondraient...'
Le directeur des programme a déclaré au Guardian, que les auditeurs n'ont pas cédé à la tentation du patriotisme 'cliché'.

Voici le Top Ten :

Samuel Barber - 'Adagio for Strings'
Ralph Vaughan Williams - 'The Lark Ascending'
Bruce Springsteen - 'The Rising'
Aaron Copland - 'Fanfare for the Common Man'
Katharine Lee Bates and Samuel A Ward - 'America the Beautiful'
Leonard Bernstein - 'On the Town'
George Gershwin - 'Rhapsody in Blue'
Frank Sinatra - 'New York, New York'
Alicia Keys and Jay-Z - 'Empire State of Mind'
Brahms - 'German Requiem'

Dimanche 28 août 2011.

1986 : Tina Turner a enfin son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

1972 : David Bowie et les Spiders from Mars jouent au Canergie Hall à New York pour la première fois. Le chanteur est monté sur scène malgré la grippe.

1964 : Après un concert au Forest Hills Tennis Stadium de New York, The Beatles rencontrent pour la première fois Bob Dykan.

1963 : The Rolling Stones font leur première apparition lors du show TV ‘Ready Steady GO’ ».

1961 : The Marvalettes sortent leur single ‘Please Mr Postman’.

1949 : Naissance d’Hugh Cornwell, chanteur des Stranglers.

1948 : Naissance du batteur de Chicago, Daniel Seraphine à Chicago.

1943 : Naissance de David Soul, chanteur et acteur, à Chicago.

1941 : Naissance de Joseph Shabalala, fondateur du groupe Ladysmith Black Mambazo.