Pages

lundi 15 février 2016

Robert Trujillo et sa famille au concert de Black Sabbath à Los Angeles.


Vintage : Madonna 1977.


Lundi 15 février 2016.

2006 : Jack Johnson est en tête des charts aux USA avec la BO de ‘Curious George’. 

2002 : Le magazine Kerrang!dépasse pour la première fois New Musical Express dans les ventes de magazines musicaux. Selon eux, les articles sur Limp Bizkit ou Linkin Park leur auraient permis de développer les ventes chez les ados.

2002 : Tommy Lee est poursuivi par les parents d’un enfant qui s’était noyé dans sa piscine en 2001. Il n’y avait pas de surveillant autour de la piscine. 

1997 : U2 est No.1 des singles avec 'Discotheque', la chanson avait 'fuité' sur le net, obligeant le groupe a avancé la date de sortie.

1988 : Def Leppard est obligé d'annuler un concert à El Paso, après les déclarations du chanteur Jo Elliot décrivant la ville : 'cet endroit avec tous ces graisseux de mexicains'. Le groupe avait reçu de menaces.

1981 : Le guitariste américain, Mike Bloomfield est retrouvé mort dans sa voiture à San Francisco, il aurait succombé à une overdose. Il jouait dans le groupe de Paul Butterfield et Electric Flag, il a participé à l'album de Bob Dylan 'Highway 61 Revisited'.

1979 : Les grands vainqueurs des Grammy awards sont les Bee Gees, qui remportent le Grammy du meilleur groupe Pop et meilleur arrangement pour ‘Stayin’ Alive’. La chanson de l’année est ‘Just the way you are’ de Billie Joel. 

1976 : Naissance de Brandon Boyd, Incubus (2001 'Drive', 2004 ‘A Crow Left of the Murder’’, 2006 ‘Light Grenades’).

1974 : Naissance de Tomi Petteri Putaansuu, Mr. Lordi, chanteur de Lordi. (Eurovision 'Hard Rock Hallelujah' 2006).

1970 : The Daughters of the American Revolution annonce qu’il n’y aura plus de concert au Constitution Hall à Washington D.C., La prestation de Sly & The Family Stone s’est terminée par une bagarre après 5 heures de concerts. 

1968 : Mort de l’harmoniciste, Little Walter des suites de ses blessures, après une bagarre lors de son concert dans un nightclub de Chicago. En 1948, il avait rejoint le groupe de Muddy Waters.

1965 : Mort du chanteur et pianiste américain, Nat King Cole d'un cancer du poumon (1943 'Straighten Up and Fly Right', 1955 'A Blossom Fell' 1957 'When I Fall In Love'). Père de la chanteuse Natalie Cole. En 1956, il est le premier artiste noir américain invité d'une émission de variété sur la TV US.

1945 : Naissance de John Helliwell, saxophoniste de Supertramp (1979 'The Logical Song'). 

1942 : Naissance de Glyn Johns, producteur, il a travaillé avec Eric Clapton, The Rolling Stones, The Who, Beatles, ('Let It Be' sessions), Joan Armatrading, Midnight Oil, The Eagles, The Faces et Led Zeppelin.

1941 : Naissance de Brian Holland, Holland/Dozier/Holland, producteur et compositeur pour la Motown (the Supremes, Marvin Gaye, Four Tops, Martha Reeves & The Vandellas, Freda Payne et Chairmen Of The Board).

You, You & U.

Si vous avez envie de parler de musique, ne vous gênez pas cette rubrique est à vous. 

..................

Primal Fear au Divan du Monde, premier concert de 2016 pour moi. Et quel concert! Après 2 groupes de 1ère partie forts sympathiques et qui ont bien rempli leurs rôles de chauffeurs de salle (Striker et Brainstorm), la tête d'affiche nous a tout simplement mis à genoux! Mention spéciale à Ralf Scheepers qui non seulement n'a pas perdu sa voix, mais qui se permet même de progresser avec le temps. C'est vocalement l'un des meilleurs shows de ma vie, et quand les musicos suivent derrière, c'est encore mieux! 

.................... 

Chronique concert ramoneurs de menhirs , 15 janvier à Paris à ma pena Festayre

C’est avec pas mal de curiosité que j’approchais la salle de la Pena festeyre pour le concert des Ramoneurs de Menhirs.
Depuis 10 ans sur la route, du plus petit fest noz du Morbihan aux scènes immenses du hellfest, en passant par Notre dame des landes ou les MJC de banlieues, les ramoneurs viennent insuffler inlassablement l’énergie positive de leur Punk Breton et bretonnant à un public qui finit toujours par en redemander.
Ce soir de janvier, c’est une salle complète, peuplée par les derniers vieux Punks parisiens historiques, des zadistes, des étudiants, des bretons venus en famille qui attendaient les ramoneurs de pied ferme.
Les ramoneurs de Menhirs , c’est l’alliance improbable du biniou, de la cornemuse, du chant bretons avec la guitare punk et emblématique de Loran , qui fut jadis le guitariste des Béruriers noirs.
Leur répertoire est constitué de classiques bretons ( la Blanche hermine), de chant traditionnels révolutionnaires ( bella ciao), de classique Punk ( If the kids are united de Shame 69) , d’une poignée de titres des bérus et de compos plus personnelles mais toutes aussi jouissives sur scène.

Sur scène, cette potion magique fonctionne à merveille. C’est un joyeux bordel. Le public est littéralement en feu.
Ca pogote, ca slamme, ça danse, ça chante, ça écluse de la bière.
Tout le monde a le sourire, c’est une vraie fiesta. Il y a une énergie folle, qui rappellera, pour les plus vieux, celle qu’on pouvait retrouver à la fin des années 80 dans les concerts des Pogues, de la Mano negra ou des Bérus.
Tout cela est joué sans concessions avec une énergie, une sincérité et un vrai savoir-faire, fruit des 200 concerts annuels que donne le groupe.
La guitare tronçonne sévère, les sonneurs sonnent comme si leur vie en dépendaient et les refrains sont repris en cœur et à l’unisson par tout le public.

Si au détour du Bar on croise Didier Wampas, ou me semble-t-il un Francois Béru assagi,( venus en amis et qui ne monteront pas sur scène), Loran est toujours l’insoumis qu’il était aux grandes heures des Bérus . Avec les années, celui qui ressemble à un vrai punk à chien porte toujours en lui sa hargne et cette envie de révolte, d’égalité et de liberté.

Alors qu’il aurait pu aisément remonter les compteurs avec une tournée de reformation des bérus, Loran préfère l’honnêteté et l’intransigeance d’un mode vie alternatif mais sincère.
Entre deux morceaux, il dénoncera la disparition des squats politiques, la montée du FN, la nécessité d’avoir un abonnement EDF pour Exister, la détention de l’indien Léonard Peltier, les enfants palestiniens victimes du conflit israelo palestinien….
Mais surtout, on voit qu’il prend un immense plaisir à jouer sur scène avec les ramoneurs, et à transmettre son énergie au public qu’il fait danser, sauter et chanter pendant 2 heures

On quitte la salle, fatigué, fourbu mais avec un putain de sourire et la reconnaissance que l’on peut avoir pour un groupe et des artistes qui se sont dépouillés et mis à nus pour nous faire passer un vrai bon moment plein de sueur , de bière et d’énergie .

Arch Stanton

................. 

Je fais une pétition pour espérer voir AC/DC jouer Gone Shootin (ma chanson préférée) pendant leur tournée européen 2016. Un petit changement dans la set list qui ferait du bien C'est par ici que ça se passe : https://www.facebook.com/acdcgoneshootineurope2016/?ref=hl merci beaucoup ;)

................

Santana en concert le 05 juillet à Bercy, avec la formation pratiquement identique du 1er album de 1970. Places en vente le 17/02 à partir de 10h

Francis B Blues

...............

Parkway Drive à la Cigale, jeudi 11 Février. C'est jeudi soir à Pigalle, et une longue file d'attente patiente devant la façade de cette jolie salle qu'est la Cigale. On a rendez vous avec les Australiens de Parkway Drive, qui font halte en France pour 2 dates. La première à eut lieu à Lyon quelques jours avant et celle ci c'est vu déplacé du Bataclan à la Cigale pour les raisons que l'on connaît. Je ne parlerais pas des 2 groupes de première partie que je n'ai pu voir et que je connais très peu dans tous les cas. Après un Bohemian Rhapsody diffusé dans son intégralité et qui a fait grimpé la temperature de pas mal de degrés (et oui!) avec pogo à la clef, c'est partit pour presque 1h30 de set. Un rideau est dressé devant la scene lorsque l'intro de Destroyer est balancé dans les enceintes. Le rideau tombe et c'est un groupe très souriant qui est la, prêt à envoyer la purée. Les traîtres s'enchaînent : Dying to believe, Karma, Dark days.... La scene est plutôt sobre, beaux effets de lumières et le public est plutôt chaud (et jeune !!) Le groupe est en forme et distribue mandale sur mandale. Les titres du dernier album sont vraiment énormes en Live, album qui m'avait pourtant déçu lors des premières écoutes. Mention spéciale à Crushed. Le bassiste n'était pas présent mais remplacé par celui de Architects qui se tape donc 2 concerts d'affilé. Je ne connais pas la raison de son absence et le groupe ne l'évoque pas. Il fait chaud, très chaud même et la fosse bouge comme un seul homme faisant ressentir une ondulation du plancher très impressionnante. Après un dernier titre ( home is for the heartless ) le groupe disparaît dans un ecran de fumée et de lumiere. Intense. Vraiment bravo à ce "jeune" groupe qui gravit les niveaux d'album en album et qui ne s'économise vraiment pas en live. J'ai eut plusieurs fois l'occasion de les voir en fest ou en salle, jamais déçu. Le public ne s'y est pas trompé les 2 dates etaient complètes. Nous voila de retour dehors, il est à peine 22h30 et c'est l'heure d'écumer les bars de la capitale tout en refaisant le concert du soir, mais aussi celui de la veille car nous étions à Nimes pour Ghost, un concert tout antant intense mais ça, c'est encore autre chose...

Nubowsky

.................