Pages

samedi 25 février 2017

Guns n Roses histoires de famille.

Guns N’ Roses domine la scène mondiale depuis les retrouvailles avec Slash et Duff McKagan. Les fans réclament toujours le retour de Steven Adler et Izzy Stradlin, certains ont eu la chance de voir Adler sur quelques chansons. Dans une récente interview, le batteur s'est dit très "ému" de retrouver la scène même pour quelques instants. Il décrit cette semi-réunion comme 'magique'. Pourtant, il ajoute, “L'année dernière c'était difficile, je ne venais que pour une ou deux chansons et je regardais Franck, qui est un excellent batteur, jouer mes chansons. J'avais envie de lui dire, je suis là ! laisse moi jouer :) Et puis, prendre un vol pour l’Amérique du Sud, 20 000 km pour jouer une chanson, c'était trop difficile." Adler avait commencé les répétitions avant le premier concert au Troubadour, West Hollywood, mais il a eu un problème de dos et s'est retrouvé sur la touche pendant 10 jours. McKagan a ensuite annoncé au batteur qu'il ne ferait pas partie du show. En juillet, il a eu un appel du groupe pour les rejoindre sur scène à Cincinnati et Nashville, mais le feeling n'était plus là. "Ce n'était pas pareil...Je pensais que ce serait la même chose qu'il y a 25 ans, mais sans Izzy, et pour deux ou trois chansons, c'était plus blessant qu'autre chose, mais Richard [Fortus] est un super guitariste, en plus il ressemble à Izzy.”

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Y a une erreur factuelle dans ce texte :
"je regardais Franck, qui est un excellent batteur"

hé non Frank Ferrer est un batteur horrible, qui joue comme une boite à rythme et n'a AUCUN swing. Tout le contraire d'Adler quoi...

stephane sinsout a dit…

Synthèse de l'interview: 'Je me sens comme une merde, mais tout va bien'

Viokk a dit…

Clairement, si les Guns l'avaient emmené avec eux en tournée et qu'il n'avait pas été au niveau sur la durée, on aurait flingué la reformation.....Adler a le groove, mais plus la forme d'antan....si? Et puis les batteurs avec balai dans le fion, les guns ont l'habitude, avant l'affreux Ferrer y avait le consternant Matt Sorum